Recherche

La recherche en chirurgie viscérale et digestive comporte la recherche expérimentale au laboratoire et la recherche clinique. La recherche clinique vise à améliorer les connaissances et les pratiques.

Elle se fonde sur des études prospectives de séries de patients, ayant pour objectifs, par exemple, de rechercher des facteurs de risques de complications opératoires. Elle peut également, dans le cadre d’essais prospectifs randomisés, comparer deux techniques chirurgicales ou deux stratégies thérapeutiques différentes dans le traitement d’un cancer afin de déterminer si un traitement ou une technique opératoire est supérieure à une autre.

Dans un contexte réglementaire très strict, les patients sont alors inclus dans une étude et tirés au sort pour recevoir le traitement 1 ou le traitement 2. Ces études nécessitent l’utilisation d’outils de statistiques permettant d’établir si les groupes de patients sont comparables et si les différences observées sont « statistiquement significatives ». Les résultats des travaux de recherche clinique font l’objet de publications dans des revues scientifiques, le plus souvent en langue anglaise, sous forme d’articles originaux.

Préparation colique

Prep-col-rectum-Ann-Surg-2010

La plupart des équipes chirurgicales préparent le colon par une purge avant d’envisager une chirurgie d’exérèse d’un cancer du rectum. Cet essai multicentrique randomisé a tiré 178 patients porteurs d’un cancer du rectum opérés après une préparation colique (n=89) ou opérés sans préparation colique (n=89). Les patients n’ayant pas reçu de préparation colique avant chirurgie – Lire la suite

Myotomie étendue pour maladie des spasmes diffus de l’oesophage

Myotomie-Çtendue-BJS-2007

La maladie des spasmes diffus de l’œsophage est le second trouble moteur de l’œsophage, cinq fois moins fréquent que l’achalasie, responsable de dysphagie (blocage alimentaire) et de douleurs thoraciques. Il s’agit d’un trouble intermittent du péristaltisme œsophagien associée à une hypertonie inconstante du sphincter inférieur de l’œsophage. Son traitement repose sur la myotomie étendue (section – Lire la suite

Fistule pancréatique

DPC-HPB-2009

La fistule pancréatique représente la complication la plus fréquente et la plus grave après duodénopancréactectomie céphalique. Nous rapportons notre expérience de 121 patients opérés par notre équipe entre 2000 et 2006 d’une tumeur du pancréas. 35 patients (30%) ont développé une fistule pancréatique par désunion de la suture pancréatico-jéjunale ou pancréatico-gastrique. 20 patients ont été – Lire la suite

CHC stade IV

CHC-stade-IV-Arch-Surg-2008

Le carcinome hépatocellulaire est un cancer primitif du foie qui se développe majoritairement sur un foie de cirrhose alcoolique ou virale. Son traitement est multimodal. Il peut comporter une destruction par radiofréquence ou alcoolisation percutanée (destruction par de l’alcool pur ou de la chaleur), une chimioembolisation intra-artérielle (chimiothérapie localisée intra-hépatique réalisée par voie intra-artérielle et – Lire la suite

Heller

Heller-Surgery-2004

L’achalasie est le trouble moteur de l’œsophage le plus fréquent, responsable de dysphagie (blocage alimentaire), de régurgitations (remontées d’aliments) et de douleurs thoraciques. Il s’agit d’un trouble du péristaltisme œsophagien associée à une hypertonie du sphinter inférieur de l’œsophage. Son traitement repose sur la dilatation pneumatique réalisée par voie endoscopique et en cas d’échec par – Lire la suite